Space Invader s’est posé chez 20 Minutes

7
4074

space.jpgSpace Invader a encore frappé ! C’était le 18 mars dernier à la rédaction du quotidien 20 Minutes, boulevard Haussmann à Paris où, invité par Délire de l’Art pour rencontrer les journalistes du délirant cahier du week-end 2.0, il a collé l’une de ses créatures au dessus de la porte d’entrée ! Space Invader est cet artiste français recherché par toutes les polices et qui avance toujours masqué. Depuis 1998, le mosaïste taggueur parcourt le monde suivant un redoutable plan d’invasion : déjà près de 3 000 mosaïques mutantes ont été posées dans 40 pays sur les 5 continents. Soit, une moyenne d’une quarantaine de space inviders par ville.

Inspirés des jeux vidéos, ses personnages – Pac Man, Mario,… – sont toujours installés en toute illégalité sur un pont, dans le métro, à l’angle d’une rue, sur un monument, au Louvre… A Paris, l’artiste s’apprête à poser son 800e « compagnon ». Il y a quelques jours, surpris en haut d’une échelle à 2 heures du matin boulevard Saint-Germain à Paris, il a prétexté chercher à atteindre un bout d’affiche à décrocher… Pour cette fois, il s’en est sorti sans amende. « En 10 ans, les flics m’ont emmené plusieurs fois au poste… », confie Invader. Sous son masque, l’on devine un sourire !

Space Invider vient de publier un album de son invasion parisienne : plans par arrondissement, images in situ, système de numérotation, scores. « J’ai choisi la Bourse pour installer le space 404 en raison de la page d’erreur 404 sur Internet », explique t-il amusé. Trois petits spaces colorés Rue des Trois frères, et de nombreux clins d’oeil à découvrir. Soyez attentifs !

> En savoir plus sur Space Invader www.space-invaders.com

7 Commentaires

  1. Saluez Space Invader de ma part.
    C’est toujours un plaisir de croiser ses mosaïques multicolores et technoïdes dans Paris. C’est drôle et gentiment interventionniste, situationniste et agitateur d’idées.
    En tout cas, à ’20 mn’, il vous a fait un beau cadeau.
    Qui sait si bientôt Space Invader n’atteindra pas la cote d’un Bansky, un autre artiste fameux du Street Art, s’exerçant, lui, à Londres.
    Je file voir le graffiti art au Grand Palais, juste à côté de Warhol, le pote de Basquiat et Keith Haring : la boucle est bouclée, yeahhhh !!! (Aïe, sauf que c’est tous des morts, comme quoi l’art ne conserve pas toujours…)

  2. Bien que le plus prolifique, Invader n’est pas le seul dans son genre de street art mural. On peut en découvrir d’autres avec un peu d’attention tel cet artiste qui répand ses fresques à base d’art aztèque ou Maya, ou telle vache du côté de la rue de la Roquette, ou de petits puzzles en mosaïque à côté du palais de Tokyo ou encore vu ailleurs, ou aussi cet ensemble collé à l’entrée canal du Point Ephémère… D’autres encore, visibles sur internet par pur hasard…

  3. Bien que le plus prolifique, Invader n’est pas le seul dans son genre de street art mural. On peut en découvrir d’autres avec un peu d’attention tel cet artiste qui répand ses fresques à base d’art aztèque ou Maya, ou telle vache du côté de la rue de la Roquette, ou de petits puzzles en mosaïque à côté du palais de Tokyo ou encore vu ailleurs, ou aussi cet ensemble collé à l’entrée canal du Point Ephémère… D’autres encore, visibles sur internet par pur hasard…

Les commentaires sont fermés.